DMLA-de-nouveaux-gènes-en-cause

Dégénéréscence maculaire liée à l’âge (DMLA) : de nouveaux gènes en cause – 31/05/13

Un groupe de recherche international piloté par l’institut national de la Santé et de la recherche médicale (INSERM) en France, vient d’associer sept nouvelles régions du génome (matériel génétique) humain à l’augmentation du risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Les chercheurs tiennent toutefois à rappeler le rôle prépondérant de l’hygiène de vie dans le développement de cette maladie. Ainsi, au premier des responsables : le tabac.

Un réseau composé d’éminents spécialistes travailllent dans 18 centres répartis dans le monde. Ensemble, ils ont analysé les données de 17 000 patients malvoyants atteints de DMLA et ont comparé leurs résultats à ceux qui avaient été recueillis auprès de 60 000 personnes exemptes de cette maladie.

Grâce à ce travail d’envergure, ils ont pu identifier sept nouvelles régions de génome qu’ils ont associés à la DMLA, ce qui porte à19 le nombre de zones ainsi découvertes. « le challenge que représente la complexité génétique de la DMLA a pu être surmonté par l’association de tous les centres travaillant sur cette pathologie. L’union fait ici la force de la démonstration » indique un éminent collaborateur.

La découverte de tels gènes pourrait considérablement améliorer la connaissance de la maladie et contribuer significativement à la mise au point de traitements plus efficaces. Les chercheurs ont par ailleurs rappelé que les deux éléments majeurs, hormis l’âge , influençant grandement à la survenue d’une DMLA, sont : (1) le tabac et (2) une mauvaise alimentation.