enfant-malvoyant

Des jeux adaptés aux enfants malvoyants – 07/08/13

Pour un enfant, le handicap visuel est à prendre en compte notamment pour les jeux à lui offrir. À chaque âge correspond un plaisir de jouer différent où le visuel – par exemple pour les jeux d’imitation – prend une forme bien différente, liée à un apprentissage préalable.

Peut-on être enfant handicapé visuel et jouer comme un enfant voyant ? La question des jeux pour un jeune malvoyant est souvent difficile à appréhender pour son entourage. Pourtant, il existe, pour chaque âge, des jouets et des apprentissages différents qui permettront non seulement à chacun de profiter, comme un autre enfant, de cette notion de découverte et de connaissance, tout en lui permettant, aussi, de jouer avec ses camarades.

Des jeux adaptés pour les tout-petits malvoyants

S’il est un âge où il est plus facile de trouver des jouets adaptés, c’est bien pour les plus petits. Contrastes de couleurs, bruitages multiples, tous les sens sont naturellement mis en éveil avec les jouets proposés dans le commerce, pour permettre un apprentissage rapide du quotidien, y compris dans les déplacements avec, par exemple, le chariot à pousser.

La deuxième tranche d’âge est elle, en revanche, beaucoup plus délicate. Si la découverte, pour chaque enfant, se fait beaucoup par le visuel, avec, par la suite, de nombreux jeux d’imitation, cela s’avère plus difficile à appréhender pour un enfant malvoyant. Se représenter une voiture, une fée, un docteur ou une marchande passe déjà par un apprentissage supplémentaire de chaque forme par le toucher et le sensoriel, délaissant la représentation par l’image. C’est dans le même temps, un apprentissage particulièrement important pour permettre à chaque jeune handicapé visuel de s’intégrer à l’univers de ses camarades voyants et à la vie de tous les jours.

Un avantage certain avec les jeux de société

Si vous hésitez dans le choix des jouets, les jeux de société et les loisirs créatifs représentent deux activités ludiques dans lesquelles chaque enfant malvoyant va bien souvent exceller. Faisant appel à la mémoire, les premiers ont pour atout de faire justement abstraction de la représentation visuelle, pouvant facilement venir polluer l’esprit. La difficulté est en revanche davantage technique, avec des contrastes de couleur pas suffisants, l’absence de dé tactile et, bien sûr, les textes qui peuvent être à lire sur certains jeux, nécessitant un petit temps d’adaptation ou quelques aménagements « maison ».

Pour les loisirs créatifs, les obstacles sont moins fréquents, offrant, de plus, une palette d’activités très variée. Enfin, n’oubliez pas le multimédia qui, lui, reste essentiel, avec aujourd’hui des livres audio ou à gros caractères et des adaptateurs pour les ordinateurs.